Bernardo Silva: « Les supporters portugais ? C’est comme si nous étions à domicile »

Bernardo Silva à l'entrainement avec le Portugal avant d'affronter le Luxembourg

Bernardo Silva a été le porte parole du Portugal dans le cadre du match de demain face au Luxembourg, pour les qualifications à l’EURO 2020.

La célébration de votre but contre la Lituanie, était-elle une réponse à la sanction infligée par la Fédération Anglaise ? « Ce n’était une réponse pour personne. J’ai essayé d’aider l’équipe et chacun l’interprète comme il le souhaite. »

Un match décisif !

Match contre le Luxembourg : « C’est une rencontre décisive et nous sommes confiants. Nous allons jouer contre une équipe qui su nous causer beaucoup de problèmes au Estádio de Alvalade, mais également à la Serbie et l’Ukraine. Le Portugal veut faire partie de l’Euro 2020, c’est notre objectif. Nous allons donner notre maximum pour y être. »

L’état de la pelouse ? « Nous espérons évidemment que le terrain sera dans le meilleur état possible, mais il n’y a pas d’excuse à avoir. Que nous jouons sur un terrain bon ou moins bon, nous ferons toujours de notre mieux pour atteindre nos objectifs. »

Dernier match de la phase de groupe, le Portugal compte sur vous pour être présent à l’Euro. Le soutien des portugais aux Luxembourg sera-t-il important ? « C’est formidable d’être ici au Luxembourg, nous avons senti le soutien des gens lorsque nous nous sommes entraînés, c’est comme si nous étions à domicile . Ce sera agréable de jouer avec beaucoup de portugais ici. »

L’Équipe Nationale ?

Vous avez été absent à l’Euro 2016 en raison d’une blessure. Qu’avez-vous ressenti en voyant la victoire de l’extérieur ? Serait-ce une seconde chance de participer à l’édition 2020 ? « J’étais très heureux comme tous les joueurs, le sélectionneur et les portugais. C’était le premier titre pour la sélection, bien-sûr que j’aurais préféré y être. C’était une fierté pour moi. J’espère être à l’Euro 2020 maintenant. »

Différences entre les clubs et la Seleção : « C’est complètement différent d’un club, disons qu’en 365 jours, vous passez 300 jours d’entraînement avec le club et seulement 65 avec la Seleção. Vous revoyez des amis que vous n’aviez plus vu depuis longtemps. C’est toujours fantastique de faire partie de l’équipe nationale. Nous essayons, durant le court délai dont nous disposons, de préparer les matchs de la meilleure façon possible. »

Lire aussi : Fernando Santos : « Nous allons aller à l’EURO grâce au match de demain »

Crédit : O Jogo

Tu as aimé l'article ? Partage le !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email

LAISSE UN COMMENTAIRE

Plus d'informations