Nous suivre

Analyse

Comment José Mourinho est-il devenu le Special One d’Instagram ?

Comment José Mourinho est-il devenu le Special One d'Instagram ?

Le 5 février 2020 marque l’arrivée de José Mourinho sur le réseau social Instagram. D’abord auteur de publications assez basiques, elles ont récemment pris une toute autre tournure qui fait beaucoup réagir. 
Alors comment et pourquoi ce dernier, qui n’a pourtant pas été toujours favorable à son utilisation, s’en sert-il ? 

José Mourinho :« Je lui ai demandé s’il était Dele Alli ou bien son frère »

Dès ses premières conférences de presse, José semble plus ouvert, plus souriant, plus blagueur, et il ne cesse de mettre ses nouveaux joueurs en avant. Cette manière de communiquer étonne mais plaît, il semble épanoui et se dit heureux de prendre part au projet des Spurs; lui qui a été éloigné des bancs de touche durant 11 mois après son renvoi de Manchester United.

Depuis son intronisation et durant les mois qui suivirent, Mourinho s’est alors peu à peu bâtit un « nouveau personnage », loin de celui qu’une partie du public considérait comme obsolète. Il a troqué son air beaucoup trop sérieux pour un sourire communicatif; qui sera cependant parfois mis à rude épreuve durant la saison…

Mourinho fait le show en conférence de presse !

All or Nothing: Tottenham Hotspur

Le 31 août 2020, Amazon Prime sort un documentaire de 9 épisodes intitulé « All or Nothing: Tottenham Hotspur », consacré à la saison 2019-2020 de Tottenham. Outre le fait de suivre le quotidien du club londonien, on y découvre différentes facettes de la personnalité de José Mourinho. Bien que fidèle à lui même et à son mental de gagnant qui se retranscrit à coup de « on doit arrêter avec cette mentalité à la Mickey Mouse » ou « les types sympas ça ne gagne jamais », il sait également faire preuve d’ouverture d’esprit. Que ce soit durant son échange avec Japhet Tantanga sur sa manière de prononcer son nom, sa discussion avec Dele Alli par rapport à son irrégularité ou son gentil chambrage sur Davidson Sanchez, José surprend par sa sympathie.

L’engouement que suscite la sortie du documentaire est sûrement la raison pour laquelle Mourinho décide de se livrer davantage à travers son Instagram. Il sait que les gens s’attachent à cette version 2.0, plus connectée, plus cool.

« 3 balles… comme les 3 buts que l’on a concédé contre West Ham ? »

Le 21 octobre, après un match nul qui a vu West Ham remonter les Spurs de 3 buts, José Mourinho publie une photo et la légende « 3 balles… comme les 3 buts que l’on a concédé contre West Ham ? Comme les 3 magnifiques buts que l’on a marqué contre eux ? Ou comme les 2 Europa League que j’ai remporté, et la 3ème pour laquelle je suis prêt à me battre ? »

Le 26 octobre après une courte victoire à Burnley, il publie une photo du vestiaire après le match et la légende « Après une grande victoire lors d’une rencontre vraiment compliquée … une autre époque. Bien joué les gars »

Le post le plus récent, datant du 29 octobre, se situe après la défaite de Tottenham en Europa League. Il publie une photo de lui l’air dépité et la légende « Les mauvaises performances méritent de mauvais résultats. J’espère que tout le monde dans le bus est aussi remonter que moi. Demain, 11h à l’entraînement. »

À travers ces trois publications, José fait preuve d’humour et d’autodérision, ce qui plait de nouveau beaucoup aux twittos qui sont totalement fan de sa communication. Il a l’air d’un homme heureux, qui fait ce qu’il aime, qui dirige une équipe et des joueurs auquel il est attaché. Ça n’explique pas totalement les raisons d’un tel « virage comportemental », mais l’on est très certainement unanime pour dire que cela fait du bien à notre football. À une période assez dure, où les nouvelles sont pour la plupart négatives, le compte Instagram de José Mourinho donne le sourire. Il pourrait alors sûrement profiter de la rencontre de ce soir face à Brighton, pour alimenter de nouveau son désormais réseau social préféré !

À lire aussi :

Plus de publications
17 Commentaires
Publicité

Plus d'informations dans Analyse