Nous suivre

Analyse

João Félix doit-il quitter l’Atletico Madrid ?

Un talent brut qui saute aux yeux, contrasté par son rendement sur le terrain, le joyau portugais fascine autant qu’il agace. En est-il l’unique responsable ?

Joao Felix

Deux ans après son arrivée en provenance de Benfica, João Félix n’est pas encore un titulaire indiscutable au sein des Colchoneros. Sur le banc lors du dernier derby madrilène, pour la 10ème fois cette saison, les rumeurs de tension et de départ se sont fortement accrues.

João Félix fait parti de ces joueurs spectaculaires, élégants balle au pied, et capables, par un geste de grande classe, de faire lever les foules. Son choix de rejoindre un club, chez qui les idées et le style de jeu appliqués par son coach, sont diamétralement opposés au footballeur qu’il est, interroge encore aujourd’hui. L’idée n’est pas de critiquer le jeu proposé par l’équipe de Diego Simeone, dont l’extraordinaire longévité est notable, mais de questionner l’intérêt commun des deux partis. Le portugais ne semble pas pouvoir s’y épanouir et l’Atletico ne parvient pas à tirer le meilleur du portugais.

« Sans volonté, le talent ne suffit pas »

Interrogé sur la gestion de son joueur, après l’avoir fait démarrer sur le banc face au Real Madrid, Diego Simeone a répondu: « Nous sommes une équipe, pas un seul joueur. Nous avons besoin de la contribution de chacun, que l’équipe travaille ensemble afin que les individualités puissent exceller. Sans volonté, le talent ne suffit pas (…) João est un joueur très important pour notre équipe et je suis sûr qu’il fera parler son talent jusqu’à la fin de la saison. »

Indirectement, El Cholo lui reproche donc deux choses importantes: son manque de contribution collective et son rendement insuffisant, qui ne reflèterai pas son talent. Depuis son arrivée, João Félix a disputé 67 rencontres, pour un total de 19 buts et 8 passes décisives. Pour un joueur de 21 ans, créatif dans l’âme, ce sont des statistiques plus qu’honorables, mais pas assez d’après l’opinion publique.

L’âge demande évidemment de la patience, mais le prix lui, une « obligation de l’immédiat ». Et la comparaison, malhonnête, avec des joueurs comme Erling Haaland et Kylian Mbappé, n’aide évidemment pas.

Quelle suite ?

Dans un contexte défavorable à son évolution, l’avenir de João Félix est remis en cause. Entraîneur et joueur n’ont pas l’air d’aller dans le même sens. La discipline tactique et défensive, la patience et l’exploitation des erreurs adverses que prône l’un, s’opposent au besoin de liberté, de plaisir avec ballon que recherche l’autre. Seulement, celui qui en pâtit le plus de cette situation complexe, c’est bien le second cité.

En effet, Diego Simeone peut compter sur d’autres alternatives, telle qu’Angel Correa. À plusieurs reprises cette saison, le coach argentin a d’ailleurs dû se passer de João Félix. Son absence ne se ressent pas tellement, tant au niveau du terrain que sur les résultats. Il n’hésite pas non plus à le remplacer lorsqu’il n’est pas satisfait de sa prestation.

João Félix et Diego Simeone, lors de la défaite face au Bayern (4-0).
João Félix et Diego Simeone, lors de la défaite face au Bayern (4-0).

Si cela ne s’améliore pas, un départ dès cet été pourrait être envisagé. Un frein de taille s’y oppose cependant. L’Atletico a dépensé pas moins de 126 millions d’euros pour s’enrôler les services du portugais. Le voir partir pour moins, surtout au vu de son contrat colossal (lié au club jusqu’en 2026) est peu probable. Seul une poignée de club pourrait égaler ou dépasser cettte somme. Parmi eux, Manchester City, aurait jeté son dévolu sur Félix suite aux rumeurs de départ d’Aguero. Le contexte de crise sanitaire qui touche durement les clubs pourrait tout de même compliquer la transaction.

Le futur de João Félix semble encore assez flou. Quoiqu’il en soit, la saison est loin d’être terminée, et il est toujours un joueur de l’Atletico Madrid.

Plus de publications

Plus d'informations dans Analyse