Nous suivre

Seleção

Portugal – Allemagne : La Seleção se fait corriger (2-4)

Retour sur la défaite contre l’Allemagne, qui met maintenant le Portugal dos au mur.

Face à des allemands qui n’en demandait pas tant, le Portugal, défait sur le score de quatre buts à deux, est totalement passé à côté de son match.

Si les jours suivants une victoire mémorable sont les plus agréables, ceux après une défaite de la sorte, ne le sont absolument pas. À Munich ce samedi, les portugais ont donné le bâton pour se faire battre. Alors qu’on aurait pu penser que le premier but de Ronaldo, contre le cours du jeu, pouvait donner lieu a une physionomie différente, il n’en fut rien. Plus les minutes avançaient, plus le Portugal s’enfonçait.

Depuis plusieurs mois déjà, notre rédaction sermonne Fernando Santos pour ses idées de jeu qui ne collent pas aux joueurs mis à sa disposition. Trop brouillon face aux petites écuries, décevant face aux cadors; cette rencontre n’est donc qu’une déception de plus. La seule différence ne résultant cette fois-ci qu’au niveau du score. Pas faute de toujours répéter que regarder le football, seulement que sous le prisme du résultat, c’est se fourvoyer. C’est omettre tout ce qui a été fait de mal, et chez le Portugal de Santos, il y a de la matière à critiquer.

Kai Havertz célébrant son but face au Portugal.

Le sélectionneur le dit lui même, l’Allemagne a été analysé, en long en large et en travers. Nous sommes alors en droit de nous demander comment l’ingénieur a préparé cette rencontre puisque la Nationalmannschaft n’a eu aucun mal à venir perforer nos couloirs, à apporter le danger aux abords de la surface ou bien à mettre les joueurs portugais sous pression.

Tout porte à croire, si l’on s’en réfère à la première mi-temps, que l’idée de jeu était de leur faire mal en transition. Si le premier but a pu un temps soit peu donner raison à Santos, la réalité du terrain, avant et après le but, lui donnait très rapidement tort. Préparer une rencontre en ne s’appuyant seulement que sur cela, lorsque ton effectif est aussi fourni, c’est une faute professionnelle.

C’est d’autant plus compliqué lorsque tes premières rampes de lancement se nomment Danilo Pereira et William Carvalho, tous deux particulièrement très mauvais hier. Bruno Fernandes aurait pu aider à cela, mais c’était sans compter sur Fernando Santos qui décidait de le faire évoluer bien trop haut sur le terrain.

La passe de Cristiano Ronaldo pour Jota, sur le second but du Portugal.

Cette rencontre a été marquée par un naufrage collectif total. Celui d’une sélection, qu’on dit maintenant faire parti des favoris, mais qui ne se donne pas réellement les moyens. Le sélectionneur multiplie les choix incompréhensibles et ne met pas ses joueurs dans les meilleures dispositions possibles. Doit-on commencer à s’interroger sur le rendement de joueurs comme Bruno Fernandes ou Raphaël Guerreiro, qui une fois en sélection, ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes ?

Après une victoire et une défaite au compteur, le Portugal voit se dresser devant lui, l’équipe de France championne du monde, qui n’a pu prendre qu’un petit point face aux hongrois. Tout indique que cette rencontre décidera de leur futur dans cette compétition. La victoire semble difficile à aller chercher, mais donnons-nous le droit d’y croire …

Plus de publications

Plus d'informations dans Seleção